L’Évangile “selon” … qui?

Récemment, j’ai recu ce que je pensais était une excellente question. Je la reproduis ici.

Salut, pouvez-vous préciser pourquoi il ya un “selon Luc”, “selon Jean” dans l’Injil? Pour autant que je comprenne le mot “selon” désigne un compte inspiré par cette personne sur la base de sa compréhension.

Par conséquent, je suis intéressé par l’Évangile(s) selon Jésus mais non selon Luc, Jean, etc. Si vous avez une copie, je serais heureux de l’obtenir de vous.

J’ai pensé qu’il valait la peine de donner une réponse en profondeur. Nous allons réfléchir à la question et même la reformuler un peu.

Qu’est-ce que le mot «Évangile» signifie ?

Il y a quatre livres de l’Évangile dans le Nouveau Testament d’Al Kitab: Matthieu, Marc, Luc et Jean. Qu’est-ce que ça veut dire qu’ils sont «selon» ces différents auteurs? Est-ce que cela veut dire qu’il y a quatre évangiles (ou injils) différents? Sont-ils différents de «l’Évangile de Jésus»? Est-ce que ça veut dire que ce sont des comptes inspirées par ces personnes sur la base de leur compréhension?

C’est tellement facile de rejeter une réflexion sérieuse avec ce genre de questions à cause de nos idées préconçues. Mais pour obtenir une réponse systématique, et basée sur la connaissance, il faut comprendre le mot «Évangile» (ou «Injil»). Dans le grec original (ce qui est la langue originale du Nouveau Testament. Voir ici pour plus de détails), le mot Évangile est εὐαγγελίου (prononcé euangeliou). Ce mot signifie un “message de bonnes nouvelles”. Nous savons ceci en voyant comment le mot a été utilisé dans l’histoire ancienne. L’Ancien Testament (Thora et Zabur) a été écrit en hébreu (voir ici pour plus de détails). Mais environ 200 ans avant J.-C. – avant le Nouveau Testament – une traduction de l’Ancien Testament de l’hébreu au grec a été faite par les savants juifs de l’époque, parce que le monde de ce temps parlaient de plus en plus le grec. Cette traduction est appelée la Septante. De la Septante, nous pouvons comprendre comment les mots grecs ont été utilisés à cette époque (c’est à dire 200 ans avant JC). Donc, voici un passage de l’Ancien Testament où εὐαγγελίου («bonne nouvelle») qui a été utilisé dans la Septante.

David répondit à Récab et à son frère Baana, les fils de Rimmon de Beéroth: «L’Eternel qui m’a délivré de tout danger est vivant! Celui qui est venu me dire: ‘Saül est mort’ et qui croyait m’annoncer une bonne nouvelle, je l’ai fait arrêter et tuer à Tsiklag pour lui donner le salaire de son message.» (2 Samuel 4:9-10)

Il s’agit d’un passage où le roi David (Dawoud) parle de la façon dont quelqu’un lui a apporté des nouvelles de la mort de son ennemi en pensant que ce serait des bonnes nouvelles pour le roi. Le mot pour «bonne nouvelle» est traduit εὐαγγελίου dans la Septante grecque 200 ans avant JC. Donc, cela signifie que εὐαγγελίου en grec signifie «bonne nouvelle».

Mais εὐαγγελίου signifiait aussi un livre historique ou un document qui contenait des «bonnes nouvelles». Par exemple, Justin Martyr était un adepte précoce de l’Évangile (il était exactement le même comme celui d’un «successeur» pour les compagnons du Prophète Isa al Masih (PSL)) et un écrivain vaste. Il a utilisé εὐαγγελίου de cette façon quand il a écrit: «… mais aussi dans l’évangile il est écrit qu’Il a dit …” (Justin Martyr, Dialogue avec Tryphon, 100). Ici, le mot «bonne nouvelle» est utilisé pour désigner un livre.

Dans les titres “L’Évangile selon”… le mot εὐαγγελίου (gospel) a le sens premier du terme, tout en suggérant le second sens. «L’Évangile selon Matthieu», la Bonne Nouvelle enregistrée comme un compte-rendu écrit par Matthieu.

«Évangile» comparée a «Nouvelles»

Aujourd’hui le mot «nouvelles» a la même signification double. «Nouvelles» dans son sens premier signifie les événements dramatiques qui se sont produisent, comme une famine ou une guerre. Cependant, il peut également se référer à des organismes comme la BBC, Al-Jazeera ou CNN qui signalent ces «nouvelles» par des articles. Au moment où j’écris ceci, la guerre civile en Syrie fait beaucoup de nouvelles. Et il serait normal pour moi de dire “je vais écouter les nouvelles BBC sur la Syrie”. ‘Nouvelles’ dans cette phrase se réfère principalement à des événements, mais aussi de l’agence de communication des événements. Mais la BBC ne fabrique pas les nouvelles, et les nouvelles ne sont pas à propos de la BBC – il s’agit de l’événement dramatique. Un auditeur qui veut être informé d’un événement de nouvelles peut écouter les bulletins de nouvelles de plusieurs organismes pour obtenir une perspective plus complète – tout sur le meme événement de nouvelles.

De la même manière, l’Évangile est à propos d’Isa al Masih – Jésus (PSL). Il est l’objet de l’attention des nouvelles et il n’y a qu’un seul Évangile. Remarquez comment Marc commence son livre:

“Le début de l’Évangile de Jésus-Christ …» (Marc 1:1)

Il y a un (non plusieurs) évangile, et il est à propos de Jésus (Isa – PSL) et il avait un message, ce message a été écrit par Marc dans un livre, et ce livre est aussi appelé un Évangile.

Les Évangiles – comme des haddiths

Vous pouvez aussi penser à ceci en termes d’haddiths. Il y a des haddiths qui parlent des mêmes événements, mais qui passent à travers différents isnads ou chaînes de narrateurs. L’événement est une chose, mais la chaîne d’auteurs peut être différente. L’événement ou la parole de l’haddith n’est pas au sujet des narrateurs – c’est quelque chose que le Prophète Muhammad (PSL) a dit ou fait. Les évangiles sont exactement les mêmes, sauf que la chaîne isnad n’est qu’un maillon de long. Si vous acceptez le principe selon lequel un isnad (après avoir fait la vérification appropriée que des savants comme Bhukari et Muslim ont fait) peut déclarer avec exactitude les paroles et les actes du Prophète Muhammad (PSL), même s’il peut y avoir des isnads différents à travers différents narrateurs qui remonte à le même événement, pourquoi est-il difficile d’accepter l’isnad qui n’a qu’un lien ou un narrateur dans les évangiles? C’est exactement le même principe, mais la chaîne isnad est beaucoup plus courte et beaucoup plus clairement établie parce qu’il a été écrit peu lontemps après l’événement, et non pas des générations plus tard, comme les savants Bukhari et Muslim ont fait quand ils ont réduit les isnads orales de leur jour à l’écriture.

Les écrivains évangéliques n’étaient pas inspirés d’eux-mêmes

Les auteurs de ces évangiles ont été promis par Isa al Masih (PSL) que ce qu’ils ont écrit serait inspiré par Allah – l’écriture n’est pas de leur inspiration humaine. C’est inscrit dans les évangiles et le Coran.

«Je vous ai dit cela pendant que je suis encore avec vous, mais le défenseur, l’Esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.»(Jean 14:25-26)

Et quand J’ai révélé aux Apòtres ceci: ‹Croyez en Moi et Mon messager (Jésus)›. Ils dirent: ‹Nous croyons; et atteste que nous sommes entièrement soumis›. (Sourate 5:111 – La table Servie (Al-Maidah))

Alors, les documents écrits qu’ils ont produits – les évangiles que nous avons aujourd’hui – n’ont pas été inspirés par les auteurs. Ils ont été inspirés par Allah et donc méritent un examen sérieux. Les évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean ont toujours été (depuis qu’ils ont été écrits au premier siècle) l’Évangile de Jésus – Isa al Masih (PSL) – ils ne sont que les journalistes de celui-ci. Lisez leurs écritures pour lire le message de Jésus (Isa – PSL) et pour comprendre la «Bonne Nouvelle» qu’il enseignait.

 

 

Laisser un commentaire