L’enseignement d ‘Isa al Masih sur le pardon

Lorsque je regarde ce qui se passe aux informations dans le monde, il semble que la violence et l’effusion de sang soient de plus en plus présents partout.

Les bombardements en Afghanistan, les combats au Liban, en Syrie et en Irak, la violence en Égypte, les massacres au Pakistan, les émeutes en Turquie, les kidnappings d’école au Nigeria, la guerre entre Palestine et Israël, des villes victimes de massacres au Kenya – et j’ai entendu ces informations sans avoir vraiment eu à chercher longtemps pour entendre les mauvaises nouvelles.

En plus de cela, il y a la multitude des péchés, les souffrances, les sujets de plaintes que nous nous infligeons les uns aux autres et qui, même s’ils ne font pas la une des journaux – ils n’en sont pas moins sources de souffrances. En cette époque de vengeance et de représailles, l’enseignement d’Isa al Masih sur le pardon est d’une importance primordial. Un jour ces disciples lui ont demandé combien de fois ils devaient pardonner. Voici l’explication qui nous vient de l’Injil.

L’histoire du serviteur sans pitié – Mattieu 18:21-35

21 Alors Pierre s’approcha de Jésus et lui dit: «Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Est-ce que ce sera jusqu’à 7 fois?» 22Jésus lui dit: «Je ne te dis pas jusqu’à 7 fois, mais jusqu’à 70 fois 7 fois. 

23»C’est pourquoi, le royaume des cieux ressemble à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. 24Quand il se mit à l’œuvre, on lui en amena un qui devait 10’000 sacs d’argent. 25Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna de le vendre, lui, sa femme, ses enfants et tout ce qu’il avait, afin d’être remboursé de cette dette. 26Le serviteur se jeta par terre et se prosterna devant lui en disant: ‘[Seigneur,] prends patience envers moi et je te paierai tout.’ 27Rempli de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit la dette. 28Une fois sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait 100 pièces d’argent. Il l’attrapa à la gorge et se mit à l’étrangler en disant: ‘Paie ce que tu me dois.’ 29Son compagnon tomba [à ses pieds] en le suppliant: ‘Prends patience envers moi et je te paierai.’ 30Mais l’autre ne voulut pas et alla le faire jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait payé ce qu’il devait. 31A la vue de ce qui était arrivé, ses compagnons furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. 32Alors le maître fit appeler ce serviteur et lui dit: ‘Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette parce que tu m’en avais supplié. 33Ne devais-tu pas, toi aussi, avoir pitié de ton compagnon comme j’ai eu pitié de toi?’ 34Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait payé tout ce qu’il devait. 35C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur.» 
 
L’idée majeure de cette histoire est que si nous acceptons Sa miséricorde, Allah (le roi) nous pardonne entièrement. On retrouve cette idée symbolisée par les dix milles sacs d’argent que le serviteur devait.

Le serviteur déclara qu’il lui fallait plus de temps pour rembourser. Mais, le montant était si élevé pour pouvoir être remboursé que le roi annula la dette dans son intégralité. C’est ce qu’Allah fait pour nous si nous acceptons Sa miséricorde.

Malgré cela, ce serviteur alla trouver un autre serviteur qui lui devait cent pièces d’argent. Il exigea la totalité du paiement et refusa de donner d’avantage de temps au serviteur pour payer. Lorsque nous pêchons les uns envers les autres, cela crée de vraies blessures et des dégâts, mais c’est pourtant insignifiant à côté de la souffrance que notre pêché cause à Allah – tout comme 100 pièces d’argent comparées à dix mille sacs d’argent.

Alors ensuite, le Roi (Allah) envoie le serviteur en prison pour qu’il puisse tout rembourser. Dans l’enseignement d’Isa al Masih, ne pas pardonner les véritables péchés et souffrances que l’on nous a fait signifie renoncer au pardon d’Allah et nous condamner nous mêmes à aller en enfer. C’est tres sérieux.

Bien sur le challenge c’est d’arriver à faire ceci. Quand on est blessé, le désire de vengeance peut être très fort. Alors, comment obtenir cet esprit qui peut pardonner? Nous devons continuer d’explorer l’Injil.

Laisser un commentaire