« Le Coran a remplacé la Bible? » Qu’est-ce qu’en dit le Coran?

Même si nous reconnaissons que le Coran et la Sunna tous les deux confirment que la Bible/al kitab (Thora, Zabour et l’Injil) n’a pas été modifiée ou corrompue (comme je l’ai démontré ici et ici), il laisse toujours ouverte la question de savoir si la Bible (c.-à- al kitab) a été remplacée, voir supplantée, ou annulé par le Coran. Qu’est-ce que le Coran lui-même dit au sujet de cette idée?

Et sur toi (Muhammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui… Sourate 5:48 Al-Maidah (La Table)

Et avant lui, il y avait le Livre de Moïse, comme guide et comme miséricorde. Et ceci est [un livre] confirmateur, en langue arabe, pour avertir ceux qui font du tort et pour faire la bonne annonce aux bienfaisants. Sourate 46:12 Al-Ahqaf (Les Dunes)

Voici un Livre (le Coran) béni que Nous avons fait descendre, confirmant ce qui existait déjà avant lui, … Sourate 6:92 Al-Anam (Les bestiaux)

Et ce que Nous t’avons révélé du Livre est la Vérité confirmant ce qui l’a précédé. Certes Allah est Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant sur Ses serviteurs. Sourate 35:31 Al-Fatir (Le Crèateur)

Ces passages parlent du Coran comme ayant confirmé les textes biblique (non pas comme l’ayant remplacé, annulée ou supplantée) le message antérieur de la Bible (c.-à- al kitab). En d’autres termes, ces versets n’enseignent pas que les croyants doivent mettre de côté la révélation précédente et seulement étudier la révélation proclamée dans le Coran. Les croyants sont tenus, donc, à étudier et à obéir à cette révélation antérieure, celle de la Bible/al kitab.

Ceci est également confirmé par les versets qui nous disent qu’il n’y a «aucune distinction» entre les différentes révélations. Voici deux versets qui portent le message que je viens de mentionner.

Le Messager a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui venant de son Seigneur, et aussi les croyants: tous ont cru en Allah, en Ses anges, à Ses livres et en Ses messagers; (en disant): ‹Nous ne faisons aucune distinction entre Ses messagers›. Et ils ont dit: ‹Nous avons entendu et obéi. Seigneur, nous implorons Ton pardon. C’est à Toi que sera le retour›. Sourate 2:285 Al-Baqarah (La Vache)

Dites: ‹Nous croyons en Allah et en ce qu’on nous a révélé, et en ce qu’on n’a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur: nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis›. Sourate 2:136 Al-Baqarah (La Vache)

Le premier aya nous dit qu’il n’y a pas de distinction entre les apôtres – ils devraient tous être écoutés et le second dit qu’il n’y a pas de différence entre les révélations données par les différents prophètes – ils devraient tous être acceptés. Dans aucun de ces versets y-a-t-il de suggestion que la révélation antérieure doit être écartée parce que la révélation actuelle l’a remplacée.

Et ce modèle correspond à l’exemple et l’enseignement de Isa al Masih (PSL). Lui-même ne dit JAMAIS que les premières révélations de la Thora, ou du Zabur ont été annulées. En fait, il a enseigné le contraire. Notez le respect et l’attention constante et permanente qu’il porte à la Thora de Moïse dans son propre enseignement dans l’Injil

»Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. En effet, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre n’auront pas disparu, pas une seule lettre ni un seul trait de lettre ne disparaîtra de la loi avant que tout ne soit arrivé. Celui donc qui violera l’un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux hommes à faire de même sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera aux autres, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.  En effet, je vous le dis, si votre justice ne dépasse pas celle des spécialistes de la loi et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. (Matthieu 5:17-20)

En effet, pour bien comprendre son enseignement, il faut constater qu’il a enseigné à ses disciples d’aller d’abord à la Thora, puis au Zabour. Voici ce qu’Il a enseigné à ses propres disciples:

Puis, en commençant par les écrits de Moïse et continuant par ceux de tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait. (Luc 24:27)

Puis il leur dit: «C’est ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous: il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes.» (Luc 24:44)

Notez , s’il vous plaît que dans l’enseignement de Jésus à ses disciples l’un des aspects les plus frappants est son insistance que l’on doit fonder sa compréhension sur la base de l’enseignement de la Thora et du Zabour.

Isa al Masih (PSL) n’a pas tenté de contourner la révélation antérieure. Tout au contraire, il a commencé à partir de ces écritures-là et dans son enseignement, et ses conseils. C’est pourquoi, moi-aussi, je suis aussi son exemple en commençant par la Thora pour établir une bonne base pour la compréhension de l’injil.

 

 

La science de la critique textuelle pour voir si la Bible est corrompue ou non

« Pourquoi est-ce que j’étudierais la Bible ou al kitab? Elle a été écrite il y a si longtemps; elle est passée par tellement de traductions et de révisions – il est plus que certain qu’avec le temps son message original a été modifié et mal compris. » J’ai entendu des questions et des déclarations comme cela plusieurs fois sur les livres de la Thora, Zabour et l’Injil qui composent al Kitab également appelé la Bible.

Cette question est très importante et est fondée sur ce que nous avons entendu parler de al Kitab / la Bible.  Après tout, ce livre a été écrit il y a plus de deux mille ans. À cette époque, il n’y avait pas d’imprimeries, pas de photocopieurs, ni de maisons d’édition. Les manuscrits originaux étaient tous copiés à la main de génération en génération pendant que des langues disparaissaient et que d’autres faisaient leur apparition, pendant que des empires s’effondraient et que d’autres puissances s’élevaient. Puisque les originaux ont disparu depuis longtemps, comment pouvons-nous savoir si ce que nous lisons aujourd’hui dans la Bible/al kitab est conforme à ce qui a été écrit initialement par les auteurs? En dehors de la religion, y at-il des raisons scientifiques ou rationnelle pour savoir si ce que nous lisons aujourd’hui est corrompu ou non?

Beaucoup de ceux qui demandent ces questions ce ne réalisent pas qu’il est une discipline scientifique, connue sous le nom critique textuelle, par lequel nous pouvons répondre à ces questions. Cet article vous donnera les deux principes essentiels utilisés dans la critique textuelle et ensuite les appliquer à la Bible (aussi al kitab). Pour ce faire, nous commençons par cette figure qui illustre le processus par lequel une écriture ancienne est au fil du temps afin que nous puissions le lire aujourd’hui.

Principe n ° 1 dans la critique textuelle

Exemple des différentes étapes avec un document ancien

Le schéma sur la gauche démontre comment certains écrits sont conservés. Ce graphique simplifié nous donne l’exemple d’un document ancien écrit en 500 av. J.-C. La copie originale n’est toutefois pas conservée indéfiniment : elle doit donc être recopiée avant qu’elle ne se détériore ou ne soit perdue ou détruite (1re copie). Des professionnels, appelés scribes, faisaient la transcription. Au fil des ans, des copies étaient faites de la copie (2e et 3e copies). À un certain moment, une copie est con-servée, devenant une copie existante encore au-jourd’hui (3e copie). Dans l’exemple du graphique précédent, la copie encore existante aujourd’hui a été faite en 500 apr. J.-C. Ceci veut dire que nous ne connaissons l’état de ce document qu’à partir de 500 apr. J.-C. En conséquence, la période entre 500 av. J.-C. et 500 apr. J.-C. (représenté par un « X » dans le schéma) est une période où nous ne pouvons pas vérifier les copies puisque tous les manuscrits de cette période ont disparu.

Par exemple, si des erreurs de transcription ont été faites (intentionnellement ou non) quand la 2e copie a été faite de la 1re, nous serions incapables de le savoir puisque nous ne pouvons pas les comparer. Cette période de temps (la période « X ») antérieure aux copies existantes en est donc une d’incertitude quant aux textes. Par conséquent, nous pouvons donc formuler le principe suivant : plus la période de temps «X» est courte plus nous pouvons être confiants de l’exactitude de la copie conservée puisque cette période d’incertitude est réduite.

Principe n ° 2 dans la critique textuelle

Bien entendu, nous avons habituellement plus d’une copie existante encore de nos jours. Supposons que nous ayons deux de ces copies et que dans la même section de chacune d’elle nous retrouvions la traduction de la phrase suivante :

variant readings 2 mauscripts

Avec peu de manuscrits il est plus difficile de détecter les erreurs de copie

L’auteur écrivait soit à propos d’un beau lapin ou d’un beau sapin. Un manuscrit contient donc une erreur de transcription, mais lequel des deux? Selon ce que nous possédons, il est très difficile de le déterminer.

Supposons maintenant que nous ayons deux autres manuscrits de la même œuvre, comme le montre l’illustration suivante :

variant readings with 4 manuscripts

Avec plus de manuscrits, il est plus facile de détecter les erreurs de copie

Il est maintenant plus facile de déduire lequel des manuscrits contient l’erreur. Il est plus probable que l’erreur se soit produite une fois plutôt que trois. Il est fort probable que ce soit le manuscrit no 2 qui contienne l’erreur, et que l’auteur décrivait un beau lapin et non un beau sapin. Cet exemple fort simple illustre un 2e principe que nous pouvons appliquer pour vérifier l’intégrité d’un manuscrit – plus il y a de manuscrits disponibles, plus il est facile de déceler et de corriger les erreurs et d’établir le contenu de la copie originale.

Nous avons maintenant deux indicateurs que nous pouvons utiliser pour déterminer la fiabilité textuelle de la Bible/al kitab :

  1. Établir le nombre d’années séparant le document original et le plus ancien manuscrit existant,
  2. Compter le nombre de copies existantes.

Les manuscrits acceptés: grecque et romaine

Puisque ces principes s’appliquent aussi bien à n’importe quel document ancien, nous pouvons aller de l’avant et les appliquer non seulement à la Bible, mais également à d’autres œuvres anciennes, comme l’illustre le tableau suivant :

ancient classical authors

Liste des auteurs bien connus à partir Empires romains et grecs
de McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979, p. 42-48

Ces auteurs représentent les principaux écrivains classiques de l’Antiquité – leurs écrits ont influencé le développement de la civilisation occidentale. Les copies conservées nous fournissent en moyenne de 10 à 100 manuscrits, environ 1000 ans après la rédaction de l’original.

Les manuscrits de la Bible/al Kitab

Le tableau suivant compare les écrits bibliques (en particulier le Nouveau Testament/Injil) selon les mêmes points d’intérêts :

Ancient BIble manuscripts

Une liste de quelques-uns des manuscrits bibliques anciens
de McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979, p. 42-48

La quantité de manuscrits du Nouveau Testament (Injil) est tellement élevée qu’il est impossible de les énumérer tous dans un tableau. Comme le déclare un érudit qui a passé des années à étudier le sujet :

« Nous avons plus de 24 000 copies de portions du Nouveau Testament (Injil) conservées à ce jour […] ce qui dépasse de beaucoup en nombre tout autre document ancien en plus d’être attestées. En comparaison, l’Iliade de Homère arrive au deuxième rang avec 643 manuscrits toujours existants. »  McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979, p. 40

Un savant du British Museum le confirme :

« Les érudits sont convaincus qu’ils possèdent essentiellement les vrais textes des principaux auteurs grecs et romains…pourtant notre connaissance de leurs écrits dépend d’une poignée de manuscrits, tandis que les manuscrits du Nouveau Testament (injil) se comptent par… milliers. » Kenyon, F.G. (ex-directeur du British Museum) Our Bible and the Ancient Manuscripts. 1941, p. 23

Je possède un livre des premiers documents du Nouveau Testament. Il commence avec,

Ce livre fournit des transcriptions de 69 manuscrits du Nouveau Testament les plus tôt …daté d’à partir du début du 2ème siècle jusqu’au début du 4ème … (100-300 après JC) et ils contiennent 2/3 du texte du Nouveau Testament

En d’autres termes, beaucoup de ces manuscrits existants sont très tôt, seulement une centaine d’années après les écrits originaux du Nouveau Testament. Ces manuscrits venir plus tôt que l’arrivée au pouvoir de Constantin et l’église romaine. Et ils sont répartis dans le monde méditerranéen. Si quelques-uns d’une région ont été corrompus, nous verrions la différence en le comparant avec des manuscrits provenant d’autres régions. Mais ils sont les mêmes.

Quelles conclusions pouvons-nous tirer de ceci? Au moins dans ce que nous pouvons objectivement mesurer en temps (selon les mss existants et la durée de temps entre l’original et les plus vieux manuscrits) les preuves appuyant le Nouveau Testament surpassent n’importe quelle oeuvre classique de l’Antiquité. Le verdict vers lequel pointe l’évidence est le mieux résumé dans la citation suivante :

« Le scepticisme à l’égard des textes que nous avons du N.T. fait sombrer tous les classiques dans l’obscurité, car aucun autre document de l’Antiquité est authentifié bibliographiquement autant que ne l’est le Nouveau Testament. »  Montgomery, History and Christianity. 1971, p. 29

Autrement dit, pour être logique, si nous décidons de douter de la fiabilité de la conservation de la Bible (al kitab), il vaut mieux rejeter également tout ce que nous savons de l’histoire classique en général – aucun historien averti ne l’a fait. Nous savons que les époques, les langues et les empires se sont succédées à travers les ans, mais les textes bibliques eux n’ont pas été modifiés puisque les plus vieux mss que nous possédons sont antérieurs à ces événements. Par exemple, nous savons qu’aucun moine un peu trop zélé du Moyen Âge ne peut avoir ajouté aux miracles attribués à Jésus dans les écrits bibliques puisque tous les manuscrits précédant cette période les contenaient déjà. Et pour les mêmes raisons, nous savons qu’aucun pape ou l’empereur romain Constantin a changé la Bible, puisque nous avons des manuscrits qui sont antérieures à Constantin et les papes et tous ces anciens manuscrits contiennent les mêmes comptes.

Ceci est illustré dans la chronologie ci-dessous où les sources manuscrites qui sont utilisés dans la traduction de bibles modernes sont présentés à venir très tôt.

Bibles modernes sont traduits à partir des premiers manuscrits existants, beaucoup de 100 à 300 ans après JC. Ces manuscrits de sources viennent bien avant Constantin ou d'autres pouvoirs politico-religieux

Bibles modernes sont traduits à partir des premiers manuscrits existants, beaucoup de 100 à 300 ans après JC. Ces manuscrits de sources viennent bien avant Constantin ou d’autres pouvoirs politico-religieux

Ces manuscrits anciens de la Bible ont été écrits en grec ou en hébreu. Aujourd’hui, la plupart d’entre nous lisent la Bible en français ou en anglais. Y at-il des erreurs de traduction? Cette question est repris dans mon article sur les nombreuses versions de la Bible. J’espère que vous aussi prendre le temps de lire les «signes de la Taurat et le Coran» sur ce site. Ce sont les mêmes histoires et les messages des prophètes qui se trouvent dans les anciens manuscrits de la Bible dont nous avons parlé dans cet article.

Si vous comprenez l’anglais, j’ai des vidéos de conférences que j’ai faites à ce sujet sur ​​les universités au Canada. La première porte sur le Nouveau Testament (Injil) et le second est sur le point de l’Ancien Testament (Thora et Zabur).

 

 

 

 

 

L’Injil a t-elle été corrompue par l’apôtre Paul ou d’autres auteurs de la bible?

Ceci est une très bonne question. Le risque cependant est de se la poser en ayant déjà à l’esprit une réponse superficielle.“ Bien sûr que l’Injil a été corrompue par Paul ou un des autres auteurs de la bible (al Kitab)”, peut-on répondre hâtivement sans vraiment trop y réfléchir, simplement par ce que c’est ce que l’on a entendu dire. Ou alors on peut penser “Bien sur que non! Quelle drôle d’idée” et là encore sans vraiment savoir pourquoi si ce n’est que c’est ce que l’on nous a enseigné. Ceci est le risque pour tout ceux qui s’interrogent sur les Livres Sacrés. Soit on rejette leur caractère sacré sans y réfléchir – parce que l’on nous a enseigné à penser qu’il n’y a pas vraiment de livres sacrés – ou alors on rejette la question d’emblée parce que, encore une fois, elle n’est pas en phase avec ce que l’on a appris.

Autres sources que Paul à l’origine de l’écriture du Nouveau Testament

Gardant ces considérations à l’esprit, je souhaite partager mon opinion et mon raisonnement sur ce sujet. Considérons d’abord les auteurs autres que Paul. Ces auteurs furent les disciples d’ Isa (PSL), ses compagnons. C’était ceux qui le suivaient, l’écoutaient, discutaient de ce qu’il faisait et ce dont il parlait à la fois en privé et en public. Certains d’entre eux, tels que Jean, Mathieu et Pierre faisaient parti des 12 plus proches d’Isa. Ils écrivirent huit des livres du Nouveau Testament. D’autres, tel que Marc, faisaient parti d’un autre groupe de proches sympathisants d’Isa (PSL). Les autres auteurs (en dehors de Paul) étaient les frères d’Isa (PSL) – Jacques et Jude. Ils grandirent avec Isa (PSL) et après la passage d’Isa (PSL), Jacques devint le leader des disciples à Jérusalem. Il est d’ailleurs fait mention de Jacques dans les textes historiques juifs du 1er siècle après J.C. Durant ce siècle, un grand historien militaire, du nom de Flavius Josèphe, écrivit plusieurs livres d’histoire pour les Empereurs romains de l’époque. Dans un de ces livres, relatant les événements se déroulant à Jérusalem en l’an 62 ap. J.C (32 ans après la passage d’Isa), il décrivit comment Jacques, le frère d’Isa, fut martyrisé par les juifs, ses concitoyens. Voici la façon dont il relate les faits:

« Anan (le haut prêtre) était impulsif. Proches des Saducéens, qui étaient impitoyables lorsqu’ils se trouvaient à juger lors d’une accusation, Anan pensait que Festus, étant mort et Albinus étant toujours en chemin il aurait l’opportunité d’exercer son autorité. Convoquant les juges du Sanhedrin (le conseil juif en place) il leur amena un homme nommé Jacques, le frère de Jésus qui était Il les accusa d’avoir transgressé la loi, et les condamna à être lapidé. » Flavius Josèphe. 93 AD. Antiquités xx 197.

Comme l’explique Flavius Josèphe, Anan, venait juste d’être nommé haut prêtre à Jérusalem en 62 AD. Il régnait à ce moment là une agitation politique. Anan profita de cette opportunité pour condamner Jacques à mort. Trente ans auparavant, son père (qui s’appelait également Anan) avait condamné Isa à mort (PSL) et Anan, le fils, saisi l’opportunité pour faire de même avec Jacques. Ainsi, Jacques devint une cible du fait de son rôle de leader à Jérusalem avec les disciples d’Isa al Masih son frère (PSL), à Jérusalem.

Que dit le Coran à propos des disciples d’Isa (PSL)?

Il s’agit donc là ces hommes qui écrivirent les livres du Nouveau Testament – autres que les livres de Paul. Afin de juger si oui ou non ils corrompirent l’Injil nous pouvons tout d’abord examiner ce que dit le Coran. J’ai trouvé l’ayat suivant:

Puis, quand Jésus ressentit de l’incrédulité de leur part, il dit: ‹Qui sont mes alliés dans la voie d’Allah?› Les apòtres dirent: ‹Nous sommes les alliés d’Allah. Nous croyons en Allah. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis.  Seigneur! Nous avons cru à ce que Tu as fait descendre et suivi le messager. Inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent›.(Surah 3: 52-53 al-Imran)

Et quand J’ai révélé aux Apòtres ceci: ‹Croyez en Moi et Mon messager (Jésus)›. Ils dirent: ‹Nous croyons; et atteste que nous sommes entièrement soumis›.(Surah 5:111 – al Maidah)

Ces ayat nous disent de façon simple que les disciples d’Isa (Jésus – PSL) étaient a) les aides d’Isa b) Les aides d’Alla, c) et étaient inspirés par Allah à avoir foi en Isa (PSL). Les disciples, dont il s’agit ici dans le Coran, ne sont nul autres que Mathieu, Pierre et Jean qui ont écrit huit des livres du Nouveau Testament, deux d’entre eux étant des livres de l’Evangile (Evangiles de Mathieu et de Jean). Quant à Marc, proche également d’Isa mais ne faisant pas parti des 12, il a écrit un des quatre évangiles. Il semblerait que si l’on croit au Coran, alors on devrait également accepter les écrits de ces disciples. Ces auteurs n’aurait absolument pas pu corrompu l’Injil. Lorsque l’on étudie les évangiles, les textes des disciples se trouvent confirmés par le Coran. Paul n’a pas écrit de récit évangélique, mais plutôt des lettres sacrées.

Au Canada où j’habite actuellement, peu de personnes reconnaissent le fait qu’il puisse y avoir un livre provenant d’Allah lui même. L’existence de la bible ou du coran ne signifie pas qu’ils en acceptent le contenu. Ils préfèrent en fait des sources historiques séculières parce que, à leurs yeux, elles sont plus objectives. Mais, nous avons pu voir dans les textes de l’historien Flavius Josèphe référencé ci-dessus qu’il y a des fondements solides permettant d’accepter les textes de Jacques et par extension, ceux de son autre frère Jude. Qu’elles soient de sources séculières ou coranique, il existe des raisons logiques d’accepter les livres du nouveau testament dont Paul n’est pas l’auteur.

Le Témoignage de Isa (PSL) : La Torah et le Zabour sont les premiers modèles

Qu’en est-il d’Isa (PSL) lui même ? Que voulait-il donner de témoignage que nous devrions accepter? Remarquez d’où qu’il appel à un témoignage inaltérable de lui même et de son message.  Nous voyons ici qu’Isa PSL (qui parle) utilise la Torah (livre de Musa ou Moïse – PSL) pour corriger toute erreur au sein des experts de la loi juive (Sharia).

«En ce qui concerne la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu dans le livre de Moïse ce que Dieu lui a dit, dans l’épisode du buisson: Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob?  Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes complètement dans l’erreur.» Marc 12:26-27

Et ici nous voyons qu’Isa (PSL) se réfère d’abord à la Torah puis au Zabour (les prophètes et les psaumes) pour clarifier son rôle en tant que Messie (ou Masih).

Alors Jésus leur dit: «Hommes sans intelligence, dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes!  Ne fallait-il pas que le Messie souffre ces choses et qu’il entre dans sa gloire?» Puis, en commençant par les écrits de Moïse et continuant par ceux de tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait. Luc 24:25-27

Puis il leur dit: «C’est ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous: il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes.» Alors il leur ouvrit l’intelligence afin qu’ils comprennent les Ecritures (Luc 24:44-45)

Et ici encore nous voyons qu’Isa (PSL) se réfère tout d’abord à la Torah (textes de Moïse) pour juger le rôle du Messie (Masih).

En effet, si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, puisqu’il a écrit à mon sujet. Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles? (Jean 5:46-47)

Nous voyons d’abord qu’Isa (PSL) fait référence à Moïse (la Torah), puis aux Prophètes et aux Psaumes (le Zabour) pour expliquer le rôle et la mission du Messie (Masih). De la même façon, j’ai choisi d’examiner dans un premier temps la Torah pour initier mon travail de recherche.  Les textes se trouvant dans Signes de Adam, Cain&Abel, Noe, etc.. trouvent leur origine dans la Torah (et le Coran). Isa (PSL) nous encourage à initier notre réflexion par l’étude de la Torah dans laquelle nous apprenons comment les Signes permettent de comprendre les mystères de l’Injil.

A propos de Paul

Et Paul ? Qu’en est-il de ces textes ? Comment devons nous les considérer?  L’étude de la Torah et du Zabour (la connaissance des signes communiqués par Allah), et l’étude des livres des disciples et frères d’ Isa (PSL) nous donne une connaissance suffisante pour discerner si les écrits de Paul contredisent ou confirment ce que nous avons précédemment appris. Sans cette connaissance des textes fondamentaux, il est impossible de savoir réellement si les textes de Paul ont été corrompus ou pas. Afin de maintenir la légitimité de notre recherche nous ne nous référerons pas à Paul parce que ses références sont parfois remis en question.

Quand j’habitais en Algérie, j’étais entouré de personnes qui parlaient arabe et j’entendais la langue tout le temps. Malgré tout, comme je ne connaissais pas la langue arabe, je n’étais pas capable de décider si ce que j’entendais était de l’arabe correct ou pas. Les limites pour estimer la qualité de la langue étaient en moi et non chez les personnes qui parlaient autour de moi. Je n’avais pas assez de connaissance pour juger correctement. Il y a quelques années, j’ai suivi un cours de langue arabe. J’ai entendu un bon nombre de personnes (issues de professions variées) qui m’ont dit que la personne qui donnait ce cours parlait un arabe « correct ». Il avait la réputation d’être un bon enseignant. C’est ainsi qu’en suivant ce cours, que je savais de bonne qualité, j’ai commencé à apprendre un peu d’arabe. Malheureusement, je n’ai pas pu poursuivre le cours. Cependant, si je l’avais fait, j’aurai été un jour en mesure de discerner si l’arabe que j’entendais était un arabe correct ou non.

Nous utilisons exactement le même procédé pour développer une compréhension solide des Signes d’Allah. On commence donc par la Torah, considérée de façon unanime comme étant correct, puis par les écrits des disciples. Ces bases nous permettent de juger si d’autres écrits, tels que ceux de Paul, ont été corrompus ou non. Le risque pour tout ceux qui sont en quête du Droit Chemin est soit d’accepter trop facilement, comme étant une révélation, ce qui devrait être rejeté ou alors de rejeter trop hâtivement les livres qu’Allah a destiné pour notre enrichissement. En procédant de cette façon, dans l’humilité et la prière devant Allah, en lui demandant de nous guider, nous avons l’assurance de ne pas tomber dans l’erreur et ainsi de rester dans le droit chemin.

L’Injil corrompu! Qu’est-ce que la Sunna dire?

Dans mon post précédent, j’avais regardé ce que le Coran dit à propos de la révélation de la Thora, Zabour & Injil (al kitab). J’ai noté que le Coran énonce clairement que quand il a été révélé au Prophète Muhammad (paix soit sur lui), autour de 600 après JC, que les disciples de l’Injil étaient encore en possession du message d’Allah (donc elle n’a pas été corrompu par cette date), et encore plus clairement que le Coran affirme que les messages originaux dans l’injil etait les propres paroles d’Allah, et aussi que ses paroles ne peuvent jamais être changé. Pour croire à la fois de ces déclarations signifierait également qu’il serait impossible pour les mots de la Thora, Zabour & Injil (al kitab) avoir été modifié ou endommagé.

Je veux poursuivre cette étude en notant ce que les hadiths dit à ce sujet.  Réfléchissez comment cet hadith affirme l’existence et l’utilisation du Thora et de l’Injil dans le temps du Prophète Mohamet (PBSL) (1).

“Khadija [sa femme] l’a alors accompagné [le Prophète – PBSL] à son cousin Waraqa … qui, pendant la Période Préislamique est devenu un chrétien et a eu l’habitude d’écrire l’écriture avec les lettres hébraïques. Il écrivait en hébreu autant de l’Évangile qu’Allah a voulu qu’il ait écrit.” Al-Bukhari Vol 1, le Livre 1, No. 3

Abu Huraira raconta :.. Les gens de la Sainte Écriture ont eu l’habitude de lire le Torah en hébreu et de l’expliquer aux Musulmans en arabe. Alors l’Apôtre d’Allah a dit, “ne croyez pas les gens de la Sainte Écriture et ne les refusez pas non plus, mais disez ‘Nous croyons en Allah et ce qui a été révélé…’ Al-Bukhari Vol 9, le Livre 93, No. 632

Les Juifs sont venus à l’Apôtre d’Allah et lui ont dit qu’un homme et une femme parmi eux avaient commis des rapports sexuels illégaux. L’Apôtre d’Allah leurs a dit, “que trouvez-vous dans le Torah de la punition juridique d’Ar-Rajm (coups de pierres)?” Ils ont répondu, “(mais) nous … les fouettons.” Abdullah bin Salam a dit, “Vous dites un mensonge; le Torah contient l’ordre de Rajm.” … le Verset de Rajm a été écrit là. Ils ont dit, ” Mohamet a dit la vérité; le Torah contient le Verset de Rajm”. Al-Bukhari Vol 4, le Livre 56, No. 829

Abdullah Ibn Umar raconta: …Un groupe de Juifs est venu et a invité l’Apôtre d’Allah à Quff. … Ils ont dit : ‘AbulQasim, un de nos hommes a commis la fornication avec une femme; prononcez donc le jugement sur eux’. Ils ont placé un coussin pour l’Apôtre d’Allah qui s’y est assis et a dit: “apportez le Torah”. Il a été alors apporté. Il a alors retiré le coussin de dessous de lui et y a placé le Torah et dit: “j’ai cru en vous et en Lui qui vous a révélé.” Sunan Abu Dawud Livre 38, No. 4434

AbuHurayrah Raconta: l’Apôtre d’Allah a dit: le meilleur jour … est le vendredi; car Adam a été créé un vendredi… Ka’b a dit: c’est un jour par semaine. Donc j’ai dit: C’est à chaque vendredi. Ka’b lu le Torah et disa: l’Apôtre d’Allah a dit la vérité. Sunan Abu Dawud Livre 3, No. 1041

 

Ces hadiths incontestés nous démontrent l’attitude de Mohamet (PBSL) envers Thora, Zabour et Injil (= la Bible ou al kitab) comme elle existait à son temps. Le premier hadith nous informe que l’Injil a existé et était disponible quand il a d’abord reçu son appel. Le deuxième hadith nous dit que le Thora a été lis par les Juifs en hébreu à la première communauté Musulmane. Le Prophète (PBSL) n’a pas contesté leur texte, mais il était indifférent (aucune confirmation ou négation) de leur explication arabe.  Deux hadiths suivants nous disent que Mohamet (PBSL) a utilisé le Thora comme il a existé à son jour pour arbitrer des décisions. L’hadith final nous montre que le Thora, comme il existait en ce jour, a été utilisé pour vérifier une de ses déclaration à propos du jour de la création de l’homme (que c’était un vendredi). Nous voyons dans aucuns de ces hadiths, des allusions que l’on traite le texte de la Bible (al kitab) comme corrompu ou changé. Elle est utilisée comme elle est pour les applications importantes.

Plus anciens manuscrits de l’Injil (Nouveau Testament)

Je possède un livre des premiers documents du Nouveau Testament. Il commence avec,

Ce livre fournit des transcriptions de 69 manuscrits du Nouveau Testament les plus tôt …daté d’à partir du début du 2ème siècle jusqu’au début du 4ème … (100-300 après JC) et ils contiennent 2/3 du texte du Nouveau Testament  [P. Comfort, “The Text of the Earliest New Testament Greek Manuscripts”. p. 17. 2001]

C’est significatif puisque ces manuscrits datent avant l’Empereur romain Constantine (autour de 325 après JC) qui est souvent accusé de changer le texte biblique. S’il avait fait ainsi nous pourrions le vérifier en observant les modifications des textes avant lui (nous les avons) en les comparants aux textes qui viennent après lui. De plus, nous avons beaucoup de Bibles complètes qui existent aujourd’hui qui ont été faits longtemps avant la vie du prophète Mahomet PBSL (autour de 600 après JC).  Les plus réputés d’entre eux sont le Manuscrit Sinaiticus (autour de 350 après JC) et le Manuscrit Vaticanus (autour de 325 après JC).  Ceux-ci et des milliers d’autres manuscrits datés avant 600 après JC viennent de diverses parties du monde. L’idée que des Chrétiens ont changé ces textes n’a aucun sens du tout. Ce n’aurait pas été possible pour eux, dispersé partout, d’être en accord sur les changements à être faits. Même si ceux en Arabie avaient fait ça, la différence entre leur livre et ceux de Syrie ou Europe etc., aurait été évidente.  Mais puisque le Coran et les hadiths affirment clairement le texte Biblique comme il a existé en environ 600 après JC, et que la Bible (al kitab) est fondée sur les manuscrits qui précèdent ces dates, alors la Bible d’aujourd’hui n’est pas corrompue. L’horaire ci-dessous montrant comment la base du texte de la Bible précède 600 après JC.

Le témoignage du Prophète Mohamed (PBSL) dans la Sunna, avec des connaissances de base des manuscrits de la Bible (al kitab), point à la même conclusion que le témoignage dans le Coran – le texte de la Bible n’a pas été corrompu ou modifié.

Chronologie pour les manuscrits de la Bible

Les manuscrits de l’Injil et Taurat

L’Injil corrompu! Qu’est-ce que dit le Coran?

J’ai beaucoup d’amis Musulmans, et parce que je suis aussi un croyant en Allah et un disciple de l’Injil (l’Évangile), j’ai des conversations régulières avec mes amis Musulmans quant aux convictions et à la foi. Dans un sens, nous avons beaucoup en commun, bien plus qu’avec mes amis Occidentaux séculaires qui ne croient pas en Allah ou pensent que la religion n’a pas de place dans leurs vies. Pourtant, presque sans exception, dans mes conversations j’entends la revendication que la Taurat (Thora), Zabur et l’injil ( = la Bible ou al kitab) est corrompue ou a été changée, de sorte que le message qu’on lis aujourd’hui est débauché et plein d’erreurs de ce qui a été d’abord inspiré et écrit par les prophètes et les disciples de Allah. Ceci n’est pas une petite revendication, puisque cela signifie que nous ne pouvons pas nous fier à la Bible (al kitab) d’aujourd’hui pour révéler la vérité de Allah. Je lis et étudie la Bible et le Saint Coran et j’ai commencé à étudier le Sunnah. Ce que je constate de l’ébranlement sur cet esprit de doute envers la Bible, si commune parmi mes amis Musulmans, je ne trouve pas dans le Coran. En fait, je suis surpris par comment sérieusement le Coran traite toute la Bible ( = al kitab). Je veux brièvement montrer ce que je veux dire avec quelques ayat dans mon coran français.

Ce que le Saint Coran dit à propos de la Bible (al kitab)

Dis: “O gens du Livre, vous ne tenez sur rien, tant que vous ne vous conformez pas à la Thora et à l’Evangile et à ce qui vous a été descendu de la part de votre Seigneur.” ” Et certes, ce qui t’a été descendu de la part de ton Seigneur va accroître beaucoup d’entre eux en rébellion et en mécréance. Surah 5:68 Maida (La Table Servie) (voir ausii 4:136)

Et si tu es en doute sur ce que Nous avons fait descendre vers toi, interroge alors ceux qui lisent le Livre révélé avant toi. La vérité certes t’est venue de ton Seigneur: ne sois donc point de ceux qui doutent.. Surah 10:94 Yunus (Jonas)

Je note que cela déclare que la révélation donnée aux ‘Gens du Livre’ (les Chrétiens et les Juifs) est venue de Dieu. Maintenant mes amis Musulmans disent que cela s’applique à la révélation originale donnée, mais que depuis, l’original a été corrompu et ne s’applique pas aux Écritures d’aujourd’hui. Mais le 2ème passage affirme aussi ceux qui lisent (le sens est présent et non passé comme dans avait lu) les Écritures juives. Il ne parle pas de la révélation originale, mais les Écritures à partir du temps où le Coran a été révélé. Il a été révélé au Prophète Mohamet (PBSL) pour la durée des années environ 600 A.D. Donc ce passage autorise l’Écriture juive comme elle existait en 600 A.D.  D’autres passages sont semblables. Réfléchissez:

Nous n’avons envoyé, avant toi, que des hommes auxquels Nous avons fait des révélations. Demandez donc aux gens du rappel si vous ne savez pas. Surah 16:43 An-Nahl (the Bee)

Nous n’avons envoyé avant toi que des hommes à qui Nous faisions des révélations. Demandez-donc aux érudits du Livre, si vous ne savez pas. -Surah 21:7 Al-Anbiya’ (Les Prophetes)

Ceux-ci parlent des apôtres qui ont précédé le Prophète Mohamet (PBSL). Mais, crucialement, ils affirment que les messages donnés par Allah à ces apôtres/prophètes étaient toujours dans la possession (en 600AD) de leurs disciples. La révélation, originalement donné n’avait pas été corrompue au temps de Mohamet (PBSL).

Le Coran dit que les paroles d’Allah ne peut pas être changé

Mais dans un autre sens plus forts, la possibilité que la Bible (al kitab) soit corrompue ou changé n’est pas soutenue par le Coran. Gardez Maida 5:68 en tête (la Loi … l’Évangile … est la révélation venue du Seigneur) et considérez les versets suivants:

Certes, des messagers avant toi (Mohamet) ont été traités de menteurs. Ils endurèrent alors avec constance …, jusqu’à ce que Notre secours leur vînt. Et nul ne peut changer les paroles d’Allah, et il t’est déjà parvenu une partie de l’histoire des Envoyés. Surah 6:34 Al-An‘am (Les bestiaux)

Et la parole de ton Seigneur s’est accomplie en toute vérité et équité. Nul ne peut modifier Ses paroles. Il est l’Audient, l’Omniscient. Surah 6:115 Al-An‘am (Les bestiaux)

Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas tout comme dans la vie ultime. – Il n’y aura pas de changement aux paroles d’Allah -. Voilà l’énorme succès! Surah 10:64 Yunus (Jonas)

Et récite ce qui t’a été révélé du Livre de ton Seigneur. Nul ne peut changer Ses paroles. Et tu ne trouvera, en dehors de Lui, aucun refuge. Surah 18:27 Al-Kahf (la caverne)

Ainsi, si on est d’accord que les prophètes qui précèdent Mohamet (PSL) ont reçu une révélation de Allah (comme Maida 5:68 a dit) et puisque ces passages disent clairement, à plusieurs reprises que personne ne peut changer les Paroles de Allah, comment alors peut-on croire que la Bible (al kitab) à été corrompue par les hommes (c’est-à-dire que les mots de la Bible ont été changés)? Une négation du Coran lui-même serait exigée afin de croire que la Bible (al kitab) a été corrompue ou changée.

En fait, cette idée de juger les différentes sortes de révélation de Allah comme mieux ou pire que d’autres, bien que largement cru, n’est pas soutenue dans le Coran.

Dites: “Nous croyons en Allah et en ce qu’on nous a révélé, et en ce qu’on n’a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur: nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis”. Surah 2:136 Al-Baqara (La vache)

J’encourage des Chrétiens à étudier le Coran et j’encourage des Musulmans à étudier la Bible (al kitab). C’est dur. Ca prend du temps. Vous viendrez a des passages qui seront durs a comprendre et encore plus dur à accepter.  Mais si vous êtes comme moi et que vous reconnaissez que vous avez un besoin de comprendre la droiture d’une façon plus profonde, si pour nulle autre raison que d’être bien préparé pour le Jour du Jugement, donc je vous encourage à jeter un bon coup d’oeil ‘au Livre’.  J’espère que vous allez continuer à explorer quelques-uns des articles et des leçons sur ce site afin que vous puissiez se renseigner sur l’injil.  Peut-être un bon point de départ est l’article sur ce que les haddiths et le Prophète Muhammad (PSL) pensé et utilisé de la Thora, Zabour et l’Injil (les livres qui composent al kitab = la Bible). Le lien vers cet article est ici. Si vous avez un intérêt scientifique dans la façon dont la fiabilité de tous les livres anciens sont déterminés, et si la Bible est considérée comme fiable ou corrompues à partir de ce point de vue scientifique voir l’article ici.

انقر هنا لقراءة هذا المقال باللغة العربية

Read this article in English